La cuisine de la semaine #151 – drenka (Menu de Noël)

Vous savez, moi quand Madame Sioux dit de faire quelque chose, je FAIS. Et là Madame Sioux, elle a dit de venir raconter ce qu’on a mangé pour les fêtes. Si vous êtes comme moi, au bouillon clair, par choix le 1er jour parce que votre foie ne vous avait pas laissé le choix, puis ensuite à cause de *Maurice* le pèse-personne qui pousse le bouchon, ça vous rappellera le bon vieux temps. Quand on ne comptait pas les papillotes et les orangettes. On était heureux quand même, vous vous souvenez?

L’année dernière je vous narrai notre diner traditionnel de Noël tout en bavant en grande quantité et en avalant mes choux de Bruxelles bouillis rapport à ma circonférence ventrale qui limitait *légèrement* mes déplacements (du canapé jusqu’au placard du chocolat, ça allait).

Cette année, je me suis enfilé TOUT LE PROGRAMME. Et j’ai repris de tout 3 fois pour me rattraper. Autant dire que côté circonférence ventrale, ça va mieux *hum*. Mais comment résister?

.
* Au Foie gras:

20150104.04

Choisi et préparé avec soin par ma tante, servi avec un chutney de figues qu’elle est allée piquer dans le jardin de son voisin pour l’occasion (NON MAIS C’ETAIT POUR PAS GACHER, elle a dit).

.

*Aux langoustes:

20150104.07

J’ai même pu faire la photo au stade du flambage de sourcils, z’avez vu?

.

*Aux girolles:

20150104.08Les girolles c’est tout de même un peu l’arnaque, 2h30 d’épluchage, grattage, rinçage, triage, pour qu’il en reste en moyenne 32g par personne et que ce soit mangé en 8 secondes.

.

*Aux cardes:

20150104.05On a appris quelque chose sur le front de la carde: Ils en vendaient 2 sortes, de la carde vulgaris et de la carde « bossue ». La bossue, elle était moche qu’à côté la Mandragore de Harry Potter, c’était Miss Monde, on l’a prise parce que vraiment, on a pas voulu faire de peine au maraîcher (et puis on avait faim). En fait la carde bossue, c’était un pur délice, alors que l’autre était bonne mais moins, et surtout vous laissait assez de fil entre les dents pour avoir des réserves une bonne quinzaine de jours.

.

*Aux 13 desserts:

20150104.02

Pick your weapon: Entre autres – Orangettes, marrons glacés, pâtes de fruit, fruits confits, bugnes (d’habitudes ce sont des oreillettes mais là on avait une invitée de Dijon), bûches forêt noire, tiramisu, framboise ou chocolat, fruits secs et frais, pompe à l’huile, et maison en pain d’épice pour finir au cas où on ne serait pas encore devenu diabétique.

.

Et sinon, je vous ai dit qu’on faisait du vin chez moi?

20150104.03.

Allez, je vous laisse je vais touiller mon bouillon.

(Attention vous avez un bout d’orangette entre les dents).

Bises et une bonne année!

Gâteaux et biscuits pour la fête de l’école

Celui-là, il fallait quand même que je le publie AVANT Noël.

Mon Wombat est rentré à la grande école (ils commencent à 4 ans ici, c’est sans pitié). Qui dit école dit fête de l’école *JOIE ET FELICITE*. Et donc, il fallait amener des gâteaux. Bon moi, j’essaie de m’intégrer socialement aux autochtones qui semblent tous avoir fait un bac+8 en décoration pâtissière. Et entre la malédiction du gatal dont je suis l’objet et ma Parkinson naissante, autant dire que c’est pas gagné. Mais j’ai tout donné. Je me suis appliquée, j’ai fait des glaçages en bavant à force de tirer la langue et j’ai eu des courbatures pendant une semaine à force de serrer les fesses. Mais les idées que j’ai intégralement pompées sur Pinterest sont intéressantes parce que vraiment très faciles et faisable même par une chèvre totale en pâtisserie. Garanti sur facture, sinon, j’y serais jamais arrivé.

.

141221.01.

  • Une idée complètement idiote, qui m’a pris 8h de travail pour récolter £8 à la fête de l’école, mais je le mets quand même ici parce que bon: des sucettes Rudolf the Reindeer, avec un présentoir en carton.

141221.06

  • Une idée qui en met PLEIN LA VUE, rigolote et très facile (faut juste trouver des mini-bretzels mais il y en avait chez Mark & Spencer, nappés de chocolat, en tout petits sachets, gustativement parlant étranges, mais visuel parfait): Des cupcakes Rudolf. Pour le gâteau en lui-même, j’ai utilisé un simple gâteau au yaourt. Le biscuit est un mini-Jaffa cake mais n’importe quel petit biscuit rond fait l’affaire.
    141221.07

.

.

  • Et enfin, un truc tout simple et super bon (en plus, il faut boulotter toutes les chutes pour pas gâcher): les brownies sapins de Noël. Avec une recette de gâteau au chocolat simplissime (200g de chocolat au lait, 120g de beurre fondu, 3 œufs, 130g de sucre et 50g de farine (j’ai pris de la self-raising avec un peu de levure incorporée), on mélange beurre et choco fondu d’un coté, sucre et œufs de l’autre, on mélange tout, on ajoute la farine et PAF – 18mn à 180°). Pour les sapins enneigés, j’ai utilisé la même recette, mais remplacé le chocolat au lait par du chocolat blanc et mis seulement 100g de sucre.

141221.09Pour les troncs j’avais trouvé des candy canes mais avec des biscuits type fingers ou des cigarillos ça va très bien aussi. Les boules de Noël sont des M&M’s, of course.

141221.08

.

Seul hic: une autre maman s’est pointée avec une collection complète de gâteaux reine des neiges, gros gâteau, biscuits, cupcakes, brownies, et même des Olafs en guimauve. Comment cette truie m’a honteusement volé la vedette, j’étais scandalisée.

Edition * Menus de Noël * – MyrtilleD

Sur une proposition de Madame Sioux, cette semaine au lieu de nos menus de la semaine passée, nous échangeons nos idées de repas de fête, pour Noël mais ça marche aussi pour le Nouvel An.

Comme tous les ans, nous serons dans ma belle-famille pour le réveillon de Noël avec deux repas, le 24 au soir et le 25 midi, assez traditionnels :

* Un apéritif qui se veut léger, histoire de ne pas (trop) se couper l’appétit, avec quand même petits boudins noirs et blancs, et parfois gougères au fromage. Et champagne.

* En entrée, foie gras (du commerce, mais c’est bon quand même !!) ou saumon fumé ou ballotines diverses et variées. (à ce stade, je n’ai déjà plus faim en général)

* En plat principal, une année sur deux (concession à ceux, dont moi, qui n’aiment pas ça) c’est dinde farcie aux marrons accompagnée de purée de céleri ou de navet, et purée normale ou riz.

La « bonne » année, c’est filets de sole au four (à la normande ?) dans une sauce à tomber genre béchamel avec crevettes, moules, champignons servis avec du riz. Ou noix de Saint-Jacques à la fondue de poireaux (on est malheureusement peu à aimer), ou un bon rôti de boeuf.

Il faudrait que je récupère les recettes un jour 😉
Pour autant que je puisse en juger sur les photos, ça ressemble à peu près à ça :
Filets de sole à la normande (Elle à table)
Noix de Saint-Jacques à la fondue de poireaux (Journal des Femmes)

* Salade verte et plateau de fromages

* En dessert, la vraie bonne idée c’est le plateau de petits fours sucrés qui d’abord permet d’éviter la bûche, glacée ou non, et surtout donne lieu à un rituel qui fait partie de la fête et laisse chacun gérer selon son appétit en fin de repas : le plateau tourne et chacun son tour choisit UN petit four, jusqu’à épuisement du plateau… ou abandon des convives.

Incontournables aussi, les fruits déguisés – dates, pruneaux ou noix – qu’il est impossible de ne pas grignoter en finissant la soirée.

Pas encore de projets pour le réveillon du Nouvel An, souvent passé entre nous en cercle restreint et à la maison. Moins cuisiné et moins copieux en général…

A titre d’exemple, en décembre 2011, je m’étais « contentée » de préparer un ragoût de queues de lotte à la tomate avec des pommes de terre.

Ragoût de queues de lotte à la tomate (voir la recette)

Un plat savoureux mais léger… pour compenser le dessert !! Une tuerie !
(je vous laisse cliquer pour découvrir le résultat fini ;-))

Gâteau sans cuisson à la châtaigne et au chocolat (voir la recette)

Et les nombreuses entrées apéritives : foie gras sans lequel l’homme (et par contagion les enfants) ne conçoit pas un réveillon, escargots, acras de morue et beignets de calamar.

PS. Comme j’ai quand même mangé la semaine dernière, vous pouvez retrouver sur mon blog mes menus de la semaine du 2 au 8 décembre.

Edition *Menus de Noël* – drenka

Cette semaine, pas de menu hebdomadaire – on a pas mangé! – mais on vous raconte ce qu’il se passe dans nos assiettes pour les fêtes de fin d’année (Noël, pour nous). Il y a deux cas. SOIT, on est mince, galbée et vive, et on peut se rendre dans ma famille dans le Sud de la France pour se gaver comme des oies (RIP, le cuisseau galbé). SOIT on fait environ 136 de tour de bouée ventrale (et 147 de tour de poitrine), et vu l’imminence de la ponte, on est punie et on doit rester avec des barbares briton pour un Noël Victorien.

.

  • Notre menu de Noël du Sud

.

Dans le village de mes grands-parents, la tradition était un « menu blanc » de réveillon, maigre, avant la messe de minuit, sur 3 nappes blanches superposées, avec notamment des cardes et des escargots. Puis les vraies agapes le le lendemain, jour de Noël, avec une entrée, un plat de poisson, un plat de viande (généralement du gibier), du fromage, et les fameux 13 desserts. Aujourd’hui la messe de minuit est à 18h le 24 décembre (une des messes auxquelles j’aime bien assister parce qu’il y a une crèche vivante et une chorale d’enfants), et puis on rentre pour un repas copieux. Les deux repas sont du coup combinés (mais enfin pour le maigre on repassera). Voici donc les plats qui sont donc servis chez ma grand-mère au réveillon.

.

*Foie gras marbré aux épices de pain d’épice: Le déveinage (?) et la cuisson du foie gras, c’est compliqué…. Du coup, ma mère en fait une terrine, et en back-up au cas où il y aurait un problème, elle réalise une recette de foie gras marbré avec laquelle on contourne les 2 problèmes. C’est un peu le même principe que la recette de foie gras marbré de Mercotte : Au lieu de cuire le foie gras dans la terrine, on le découpe en escalopes, on le poêle, puis on le mets en terrine et on le laisse au frigo. Comme Mercotte le recommande, il faut choisir du foie gras IGP extra, pour du canard de chez nous qui a eu de la place pour courir. Pour cette recette, avant de le remettre dans la terrine, ma mère roule les escalopes de foie gras poêlées dans un mélange d’épices à pain d’épice, puis elle fait une gelée parfumée aux épices et aux baies de roses pour tenir l’ensemble. Elle le sert avec du chutney de poire, figues sèches et dates.

.

*Langoustes à l’Américaine: Ou lottes à l’Américaine quand on est vraiment trop nombreux, c’est le plat de poisson.

20131125.02.

*Chapon farci et Cardes : Maintenant que le grand-père ne va plus trop à la chasse, le plat de gibier est généralement remplacé par un chapon farci. Il est accompagné de cardes, reliquat du menu blanc d’autrefois. C’est un légume qui ressemble esthétiquement à du céleri mal dégrossi, avec un goût qui rappelle celui des artichauts (on l’appelle cardon dans la région lyonnaise). On les fait avec une sauce blanche, c’est à dire une béchamel parfumée aux anchois, à l’ail et au fromage.

20130127.04

.

*Fromages: à ce stade, je crois toujours que je vais passer mon tour sur le fromage, et puis en fait non.

.

*Les 13 desserts: C’est une merveilleuse tradition du Sud… La composition des 13 desserts n’est pas figée, on choisit un peu ce qu’on aime, mais il y a les grands classiques. La pompe à l’huile (une sorte de brioche à l’huile d’olive et à la fleur d’oranger, que le plus jeune de l’assemblée doit casser sur la tête du plus vieux), qu’on trouve de plus en plus difficilement, les 4 mendiants, qui sont des fruits secs (noix, amandes, noisettes, raisins), les dates, d’autres fruits secs (figues, pruneaux, abricots), des fruits frais (clémentines, oranges), le nougat blanc et le nougat noir, les pâtes de fruits, les marrons glacés, les oreillettes… Dans ma famille on ajoute du chocolat (souvent des papillotes, des orangettes, et des très régressives boules crèmes). Et puis inclue dans les 13 desserts ou pas, il y a la bûche. J’en avais réussi une pour la première fois en vue du pré-réveillon dans la famille de Dawling, il y a quelques années – je me suis dit CHIC, j’ai plus la malédiction pâtissière. Et cette année là, Dawling et moi, on est restés coincés chez nous par la neige. Autant dire que j’ai plus recommencé. C’était une bûche à la crème de marron et au cognac, elle tenait bien chaud. D’ailleurs boire la moitié de la bouteille de cognac en cours de préparation avait sûrement aidé à l’enroulage, d’habitude c’est un désastre…

.

20131209.01

.

Ca a l’air bien, non? Bin cette année je peux bien me mettre tout ça sur l’oreille, on sera avec la famille de Dawling… Il faut que je trouve des idées, parce que les britons ne mangent pas de foie gras, qu’on ne trouve ni langoustes, ni chapon, ni cardes, ni orangettes, ni nougats, ni papillotes, and more importantly, NI BOULES CREMES. Non le menu traditionnel c’est plutôt:

.

  • Le Noël briton victorien

.

*Cocktail de crevettes : ce sont des crevettes (et de l’avocat si on a de la chance) noyées dans une sauce mayonnaise – ketchup – crème – Tabasco.  Mais Dawling peut plus tellement en manger parce qu’une fois, il était invité chez une vieille dame de la très haute société anglaise, dont le chat (de la très haute société anglaise aussi, apparemment) avait fauché les crevettes et s’en était gavé tellement vite qu’il avait immédiatement tout vomi dans l’évier. Elle avait passé tout ça sous l’eau, recouvert de sauce cocktail et servi genre mine que rien…

Une autre entrée traditionnelle est bien sûr le saumon fumé d’Ecosse (comme dit Eve, il faut le choisir bio!) qu’on sert sur des blinis avec un mélange crème fraiche, ciboulette, citron, raifort (horseradish).

.

*Dinde farcie (aux saucisses) ou jambon rôti: Bon, bin moi, z’aime pas la dinde (et puis alors j’ai pas envie de mettre une dinde dans mon four et de sentir la dinde pendant 15 jours). Et le jambon rôti, non plus, je trouve ça trop salé. Les deux sont accompagnés de:

.

*Choux de Bruxelles bouillis. TRUE STORY. J’ai pas besoin de commenter là-dessus, si?

.

*Christmas Pudding: Il parait que quand c’est bien fait, c’est excellent. Hum. C’est un mélange de pain émietté, fruits secs de toutes sortes, bière amère, gras de bœuf (« suet »), épices de noël, et de brandy (sans doute pour faire passer le goût?). On mélange tout ça, on enferme dans un torchon, et on met à bouillir dans une grande marmite d’eau pour 7h. Avant de servir on refait bouillir 2H pour réchauffer, puis on démoule, on recouvre d’alcool, on met le feu et on sert avec la flamme. La bonne nouvelle c’est que ça se garde des mois, ouaiiiis, on a jamais besoin de le jeter.

.

*Minced pies: Mince, ça veut dire viande hachée, parce que dans la recette originale c’était de la viande hachée de bœuf ou d’agneau, mélangée à des fruits secs et des épices (en gros on prenait tout ce qu’il ya de plus cher dans la cuisine et hop, dans la tourte). Thank God, maintenant on y met plus de viande. Au début je détestais ça, et puis maintenant, je me suis mise à aimer, avec un bon thé de Noël pour faire passer quand même…

.

20131209

Menu de Noël 2013 – A table avec Julie

Cette semaine, Madame Sioux nous a proposé de partager avec vous nos menus de Noël. Il se trouve que cette année encore, nous serons le 24 au soir dans ma famille et le 25 midi dans la famille de mon chéri. Comme je ne peux pas demander à ma belle-mère ce qu’elle compte préparer et qu’avec ma mère, nous n’avons pas encore réussies à nous mettre d’accord (à part sur le thème : buffet de tout et dessert, fini l’apéro, entrée, plat, fromage, salade, dessert et chocolat !!), je vous propose plutôt une rétrospective de notre Noël 2012 !

Lundi 24 décembre 2012 : Pour le dîner du réveillon, ma mère avait préparé des huîtres, du foie gras et du saumon fumé en entrée. Puis nous avons eu une tourte de Noël au canard confit, purée, compotée d’oignons et champignons, servie avec une sauce au foie gras. Et en dessert, ma tarte au chocolat avec une pâte sablée à la vanille Bourbon et une salade d’orange aux épices.

Trilogie festive

Tourte de Noël au confit de canard, sauce au foie gras

Tarte au chocolat et amandes

Mardi 25 décembre 2012 : Chez mes beaux-parents, nous avons entamé le repas de Noël avec une salade de saumon Gravlax maison et d’asperges vertes. Ensuite, ma belle-mère avait préparé une délicieuse poularde farcie, avec des pommes de terre grenailles sautées. Et en dessert, une très bonne (et très légère) bûche à base de mousse d’abricot et une autre bûche « comme une Foret Noire ».

Saumon Gravlax et asperges

Duo de bûches - mousse abricot et forêt noire

Je ne manquerais pas de vous poster quelques photos des repas 2013 🙂

Et comme on continue quand même à manger normalement à côté, vous pouvez retrouver ma semaine #106 sur mon blog !

Menu de Noël – Eve petite souris

Alors cette année nous serons invités pour les fêtes mais je vous propose ce que j’estime être à peu près le menu idéal… et que je réaliserai entièrement maison!

  • Foie gras : un beau foie entier, dont la provenance est la plus sûre possible, si possible déveiné parce que c’est casse-bonbon à faire. Si ce n’est pas fait, se munir d’un couteau qui coupe beaucoup et enlever les veines. Tasser dans une terrine avec le poids sans écraser et faire cuire : partie délicate qui dépend du four de chacun… à surveiller étroitement.
    Servir avec un chutney de mirabelles ou des oignons confits.
  • Saumon fumé bio ou truite fumée bio des Pyrénées : essayez donc une fois et on en reparle. Petit interlude écolo : l’élevage du saumon conventionnel transforme les fjords norvégiens en déserts de faune et de flore et le poisson en lui-même comporte encore plus de produits chimiques et d’antibiotique que le boeuf. Bon appétit.
  • Escargots persillés : aimer les escargots sans les avoir jamais préparés c’est comme aimer les enfants sans avoir accouché. Et encore, moi je connais seulement la version avec les escargots en boîte, ce qui revient un peu à la péridurale. Bref, j’ai pitié des âmes sensibles. Je me contenterai donc de vous parler de la préparation du beurre d’escargot : on mixe une grande quantité de beurre avec du persil, des herbes, des oignons. Ensuite on laisse bien refroidir au frigo la préparation, on fait rentrer les petites bêtes dans les coquilles et avec les doigts on dépose une bonne pincée de beurre dans les coquilles et on dispose dans des plats à gratin. Plein de plats à gratin parce que dans ma famille le nombre d’escargots minimum par personne est d’environ 30 et on est jamais malades avec ça, non non.
  • Muffins de légumes : pour alléger un peu après tout ça, on prépare la veille deux purées de légumes. Potimarron et brocolis (légumes de saison toujours), on les fait bouillir avec un gramme d’agar-agar et on laisse refroidir dans des moules à muffins. Le jour J il suffit juste de réchauffer au four à basse température avant de servir.
  • Pintade rôtie : j’ai le souvenir d’une pintade de 6 mois du Gers… cuite plusieurs heures au four et farcie avec ses propres abats, des abricots secs et des épices.
  • Plateau de fromages : Comté, cancoillotte, morbier, munster, époisses, chaource…
  • Bûche aux myrtilles.

Pour les gourmands, rajouter quelques chocolats maison…

img_0009